17 – QUI A RESSUSCITE JESUS ?

Este radioclip es de texto y no tiene audio grabado.

Journaliste – Mes très chers amis de Radio Amérique Latine, les débats continuent, très passionnés. Dans la dernière émission, nous avons abordé le thème la passion et la mort de Jésus-Christ et nous avons entendu deux versions différentes, celle de Paul et celle de Marie Madeleine. Elles étaient même opposées sur les raisons qui ont poussé Jésus-Christ à terminer sur une croix… Bienvenue, apôtre Paul et bienvenue, Marie Madeleine…

Paul et Marie – Merci, merci…

Journaliste – Aujourd’hui, nous voulons aborder un autre thème sur ce que la tradition, la légende ou le désir… ont dit sur ce qui s’est produit trois jours après. Paul, vous avez la parole…

Paul – Jésus-Christ est ressuscité. C’est la vérité et ce n’est ni la tradition ni le désir, c’est une évidence.

Journaliste – Laquelle ?

Paul – Celle que j’ai eue lorsque le Christ Seigneur s’est révélé à moi. J’étais en route pour Damas, venant de Jérusalem… Et en route, vers la sixième heure, je m’en souviens très bien, une lumière m’a enveloppé, une lumière aveuglante, une lumière céleste…

Marie – Le soleil de midi ?

Paul – Non, pas du tout. Je suis tombé de cheval, je suis tombé par terre. J’étais aveugle et j’ai entendu une voix qui me disait : Saul, Saul… j’ai demandé : Qui es-tu, Seigneur ? Et il m’a répondu : Je suis Jésus que tu persécutes.

Marie – Une question, don Pablo… En quelle langue Jésus vous a-t-il parlé ?

Paul – En hébreu.

Marie – En hébreu ?… C’est bizarre… Jésus a toujours parlé en araméen.

Paul – Eh bien… à moi, il m’a parlé en hébreu et il m’a dit : Saul, Saul…

Marie – Et… vous avez reconnu sa voix ?

Paul – Je n’en ai jamais douté. C’était le Seigneur ressuscité qui me parlait.

Marie – Excusez-moi, don Pablo… Cette voix que vous avez entendue était comme lorsque nous parlons, nous les Galiléens ?

Paul – Je ne sais pas ce que vous voulez dire…

Marie – Je veux dire que, nous, nous parlons différemment des gens du sud. C’est un autre accent… Un petit accent, vous savez ? C’est à cela que les domestiques de Caïphe ont reconnu Pierre avant que les coqs ne chantent, par ce petit accent galiléen… alors… La voix que vous avez entendue avait ce petit accent ?

Paul – Que voulez-vous insinuer, femme incrédule ?

Marie – Je n’insinue rien, je demande. Parce que Jésus était Galiléen, de la tête aux pieds.

Journaliste – Et vous, Paul, si vous étiez aveugle… Comment êtes-vous certain de ce qui s’est passé ?

Paul – Je n’ai aucun doute là-dessus, pas la moindre hésitation. C’était le Seigneur ressuscité qui m’apparaissait et qui me choisissait. A partir de ce moment-là, ce n’est plus moi qui vivais, c’était le Christ qui vivait en moi.

Journaliste – Et qu’avez-vous fait après cette révélation ou comme on voudra l’appeler ?

Paul – Je suis resté trois ans là-bas, dans les synagogues d’Arabie à prêcher l’évangile du Seigneur.

Marie – Mais, quel évangile prêchiez-vous, puisque vous ne saviez rien de Jésus ?

Paul – Dans cette apparition, tout m’a été révélé. L’évangile que j’ai annoncé n’était pas un évangile selon les hommes. Car, je ne l’ai reçu d’aucun homme, personne ne me l’a enseigné. Je l’ai reçu directement par la révélation de Jésus-Christ.

Marie – Quelle révélation et quelle apparition ! Dites-moi, don Pablo, êtes-vous allé à Nazareth au moins une fois ?

Paul – Non.

Marie – Avez-vous entendu Jésus parler une fois ? L’avez-vous entendu rire ? Avez-vous mangé du poisson avec lui sur le lac de Galilée ? Que saviez-vous de Jésus ?

Paul – Je vous ai déjà dit que le connaître selon la chair ne m’intéressait pas, je le connaissais selon l’esprit.

Journaliste – Attendez, attendez… La paix soit avec vous, comme on dit… A vous, Marie Madeleine… Vous avez terminé la dernière émission en disant que Jésus est toujours vivant, c’est ce que vous avez dit.

Marie – Oui, je l’ai dit et je le répète. J’ai été la première à le dire, et à le dire haut et fort, Jésus est vivant.

Journaliste – Vous l’avez vu ?

Marie – Je n’ai jamais cessé de le voir parce que je n’ai jamais cessé de l’aimer… Quand on l’a capturé, j’étais brisée, j’ai beaucoup douté de tout ce qu’il nous avait dit, j’ai eu très peur, le voir couvert de sang, portant cette croix de supplice dans les rues… J’étais désespérée… J’ai même voulu mourir avec lui…

Journaliste – C’est bizarre… Vous qui connaissiez Jésus, vous avez eu des doutes… Et Paul qui ne l’a pas connu n’a pas douté, c’est bien cela, don Pablo ?

Paul – C’est cela. Je n’ai pas douté un seul instant que c’était le Seigneur qui avait été sacrifié par Dieu comme victime propitiatoire pour le ressusciter ensuite et l’élever ensuite au plus haut, triomphateur du péché et de la mort.

Marie – Vous avez de la chance, don Pablo, si vous n’avez jamais douté… Nous autres… Cet après-midi-là, à cette même heure, la sixième dont vous parliez, nous, nous étions comme dans un puits obscur, un puits sans fond, et nous pleurions des torrents de larmes amères… Couper cette douleur avec des ciseaux ? Comme je vous l’ai dit, nous voulions mourir nous aussi…

Journaliste – Nous ? Qui ça, nous ?

Marie – Marie, sa mère, et moi, et Salomé, et Marthe de Béthanie… Nous, toutes les femmes… Le samedi, nos larmes avaient cessé mais pas cette agonie. Ce furent des heures de silence, d’abattement… Et durant ce silence, du fond de ce puits d’angoisse mais aussi notre colère, je ne sais comment nous est venue la force… Allions-nous être complices de ce crime ? Allions-nous laisser mourir Jésus ? Allions-nous nous résigner ? Allions-nous rester en silence devant une mort aussi injuste ? A partir de ce moment-là, allions-nous continuer à vivre comme si de rien n’était ? Comment accepter que tout finisse dans cette tombe ?

Paul – Femmes de peu de foi…

Marie – Qu’en savez-vous, don Pablo, si vous n’avez jamais ressenti cette douleur ? Nous autres, si… Nous avions été avec lui depuis le début du mouvement, là-bas à Capharnaüm… Et là… on le voyait mourir sans pouvoir rien faire… C’est nous qui avons déposé son corps sur la pierre, nous l’avons lavé, l’avons parfumé avec la myrrhe et l’aloès, l’avons enveloppé dans un suaire de lin, avec soins, avec grands soins… Nous avons entonné les psaumes, les lamentations… Nous étions les dernières à l’avoir vu mort… et nous allions être les premières à annoncer qu’il était vivant…

Journaliste – Et qu’avez-vous fait, vous, les femmes ?

Marie – Comme le repos du grand Sabbat de Pâque était terminé, nous avons pu sortir et retourner au sépulcre… Nous sommes parties de bon matin avant le lever du soleil. Nous sommes arrivées au sépulcre, nous avons poussé la pierre, Marie, sa mère, est entrée, j’étais à ses côtés… Jésus était là, mort… Sa mère lui a caressé les cheveux, lui a pris la tête… avec tant de force qu’on aurait dit qu’elle lui rendait la vie… Aux noces de Cana, c’est elle qui avait demandé à son fils de faire quelque chose pour qu’il y ait toujours du vin et que la joie de la fête ne finisse pas… C’était à présent son fils qui lui demandait : «Maman, fais quelque chose, ne reste pas muette, parle, dis que ça vaut la peine, que tout ne se termine pas ici, dis-le, maman, et fais en sorte qu’on t’entende…»

Journaliste – En nous racontant tout cela, je sens dans vos paroles, Marie Madeleine, une grande émotion… Et excusez-moi d’insister, mais… quand vous disiez que Jésus était vivant, il était réellement vivant ?

Marie – Oui, il vivait en nous. Et cette bonne nouvelle a donné du courage à ces hommes peureux, pleins de doutes aussi, qui sentaient que tout était un échec.

Journaliste – Et ils vous ont cru ?

Marie – Ils ont d’abord dit que nous étions folles, et que j’étais la plus folle de toutes… Thomas le pire d’entre eux, le plus méfiant… Pierre et Jean ont cru les premiers… Ils aimaient tant Jésus… Et comme nous avions tous entendu à la synagogue l’histoire de la mère des frères Maccabées, celle qui ne se résigne pas à la mort de ses enfants…

Journaliste – C’est quoi cette histoire ?

Marie – Une histoire déjà très ancienne, une histoire de mort et de résurrection…

Un homme – Les Grecs ont envahi nos terres !

Une femme – On va les affronter, on va leur résister !

Un homme – Dieu est à nos côtés ! Nous ressusciterons, maman, même si on y laisse notre vie !

La mère des Maccabées – J’ai vu mes sept fils tomber… Mais je les relèverai tous les sept de la mort. Ils seront toujours vivants parce que ces hommes justes ont été tués par des injustes… Ils ne sont pas morts parce qu’ils ont donné leur vie pour le peuple.

Journaliste – Nous avons un appel d’Israël, rien que ça… A qui avons-nous affaire ?

Lesley – C’est Lesley Hazleton qui est à l’appareil, je suis aujourd’hui à Jérusalem, au cœur de cette histoire…

Journaliste – Pour information, chers auditeurs, Lesley Hazleton est psychologue et journaliste, auteur d’une excellente approche biographique de Marie, mère de Jésus… Qu’avez-vous à nous dire aujourd’hui, doña Lesley ?

Lesley – Je vous ai entendu et je voudrais appuyer ce qu’a dit Marie Madeleine. C’est un acte de foi. Eh bien, c’est clair, dans ce qu’elle a dit, que sa foi est née des doutes. Et de l’amour. Je crois que c’est toujours ainsi que naît la foi, comme les certitudes naissent de l’arrogance.

Paul – Faites-vous allusion à mes certitudes, madame… ?

Lesley – Non, Paul. Je pense à Marie Madeleine et à ces femmes. Le christianisme, comme je l’ai déjà dit dans une émission précédente, commence par elles.

Paul – Il commence avec le Ressuscité, parce que si le Christ n’est pas ressuscité, notre foi est vaine. J’ai enseigné cela aux païens. Et je persiste.

Lesley – Eh bien, elles ont appuyé leur foi sur leurs doutes. C’est l’amour maternel de Marie, l’amour passionné de Marie Madeleine qui ont transformé cette fin en commencement.

Marie – Cela a été un commencement, oui, bien sûr que oui. La chose avait commencé en Galilée et devait se poursuivre là, à Jérusalem… Jésus allait continuer à vivre dans la communauté jusqu’à ce que le Royaume de Dieu devienne réalité.

Journaliste – Je suppose que c’est ainsi qu’ont été les débuts de l’Eglise. Mais nous parlerons de cela dans la prochaine émission… Je trouve cela bizarre, nous n’avons eu aucun appel pour protester cette fois-ci… Tout ce que nous avons entendu nous remplit peut-être de doutes… Qu’en pensez-vous ? Comment aviez-vous imaginé la résurrection de Jésus ? Comme dans les films ou bien d’une autre façon ? A la prochaine ! Vous pouvez nous retrouver sur le web et sur les réseaux sociaux www.emisoraslatinas.net. Et souvenez-vous que qui se pose des questions réfléchit ; qui n’a que des réponses, obéit. C’était Jean-Louis.

17 – QUI A RESSUSCITE JESUS ?

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.